vendredi, mai 24

La cheffe de la Réserve fédérale tempère les attentes concernant la prochaine CBDC américaine

La montée des monnaies numériques centrales (CBDC) suscite l’intérêt mondial. Toutefois, Michelle Bowman, gouverneure de la Réserve fédérale, vient de modérer l’enthousiasme entourant une éventuelle CBDC américaine.

Une CBDC américaine en question : le point de vue de Michelle Bowman

Face à l’essor des cryptomonnaies, de nombreuses banques centrales à travers le monde envisagent la création de leurs propres monnaies numériques. Au cœur de ce débat aux États-Unis, Michelle Bowman, gouverneure de la Réserve fédérale, vient de partager ses réserves quant à la pertinence d’une CBDC américaine.

Michelle Bowman s’est récemment exprimée lors d’une table ronde de la Harvard Law School. Son scepticisme quant à l’utilité réelle d’une CBDC pour les États-Unis a surpris nombre d’observateurs. Elle remet en cause la capacité de la CBDC à résoudre des problèmes majeurs tels que l’inclusion financière ou encore les frictions dans le système de paiement actuel. En effet, selon elle, d’autres solutions déjà existantes ou en développement pourraient apporter des réponses plus adaptées à ces enjeux.

FedNow : une alternative à la CBDC ?

Parmi les solutions alternatives évoquées par Bowman, FedNow occupe une place de choix. Ce service, lancé récemment, offre déjà aux institutions financières la possibilité d’opérer des paiements en temps réel. Le délai de règlement des transactions, un enjeu majeur pour le système financier, est ainsi drastiquement réduit.

Bowman souligne l’efficacité de FedNow, notamment pour les paiements du quotidien. Les consommateurs bénéficient d’un accès plus rapide à leurs fonds, tandis que les petites entreprises peuvent gérer leurs flux de trésorerie de manière plus efficiente. De plus, les innovations futures pourront se baser sur ce service, offrant ainsi des solutions pertinentes aux frictions constatées et favorisant l’inclusion financière.

Un monde financier en mutation : les pièces stables et la CBDC

Si la CBDC est encore en débat aux États-Unis, d’autres pays avancent à grands pas sur ce sujet. À ce jour, 130 nations, soit près de 98% du PIB mondial, étudient la possibilité d’introduire leur propre CBDC. Cette dynamique mondiale montre l’importance de la recherche dans ce domaine, même si les États-Unis restent prudents.

Par ailleurs, la question des pièces stables occupe également une place prépondérante dans les réflexions de Bowman. Elle a exprimé ses préoccupations quant aux risques potentiels que ces pièces pourraient présenter pour le système bancaire et pour les consommateurs. Tout en reconnaissant la valeur de l’innovation, Bowman insiste sur la nécessité d’une régulation adaptée, permettant d’éviter les déstabilisations potentielles du système financier.

La route vers l’adoption ou non d’une CBDC américaine est encore longue. Mais une chose est certaine : le débat est loin d’être clos, et l’avenir des monnaies numériques centrales reste une question brûlante pour le système financier mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *